Les pensées, une nourriture pour le mental, le corps, l’âme et l’esprit

 

Inouï ! Je peux comparer l’alimentation aux pensées. Tout ce qui entre en nous, matériel et immatériel, fait de nous, en partie, ce que nous sommes.

Partons à l’aventure explorer le domaine des pensées.

Il y a le moment de la pensée, la digestion de la pensée, le fruit de la pensée,  l’évacuation de la pensée.

pensée attraction

Existent nos propres pensées et celles des autres.

Les pensées sont + ou – stockées dans ce qu’on appelle LE CHAMP MENTAL ou le corps mental.

vibration

Elles construisent les FORMES-PENSEES sous forme d’énergie. Nous avons nos formes-pensées dans notre champ mental, qui rejoignent les formes-pensées de même vibration dans le champ mental collectif. Elles n’ont aucune limite de temps et d’espace. Elles se développent au fur et à mesure que chacun d’entre nous pense et repense.

forme pensée Anne Gevaudan1forme pensée Anne Gevaudan2

Une seule de nos pensées a un impact sur le Collectif.

Bien au-dessus des couches stratosphériques autour de notre Terre, se trouve la NOOSPHERE, un champ qui contient toutes les pensées passées, présentes, futures.

C’est comme une BANQUE PSY.

noosphère dessin

Avoir conscience de l’existence de la Noosphère, implique que je sais que je ne « parle » plus pour moi-même, mais pour le collectif, l’humanité, l’Universel ! Alors je porte une attention particulière à mes pensées.

Toutes les pensées sont partagées, c’est-à-dire qu’elles ne nous appartiennent pas.

Quand j’ingère de la nourriture, est-ce que c’est moi qui l’ai fabriquée entièrement ? Non, s’il s’agit de végétaux, il y a eu la terre, le soleil, la pluie, l’agriculteur, le maraicher, et bien d’autres, sans oublier le monde des Esprits de la Nature qui sont en co-création avec les humains.

J’ingère alors la qualité de la terre et de l’eau,  les calories du soleil, le savoir-faire de l’agriculteur…. et l’humeur que j’introduis quand je cuisine (joie, contrariété….), ainsi que la façon dont je mange, tous ces éléments impalpables mais bien réels.

inde-femme-cuisine.jpg

Pour revenir à notre mental, un cumul de pensées dites « négatives » ou non appropriées, fera de notre nourriture un POISON, à court ou moyen ou long terme.

Si je peux choisir la qualité de ma nourriture à l’amont (exempte de produits chimiques par exemple), il me faut prendre conscience de mes pensées et les purifier, les déconditionner autant que je peux, afin que les filtres émotionnels ne puissent souiller ce que je mange. Car TOUT EST INTER-RELIE.

libération psyché

« Examinons nos pensées afin de ne faire aucune mauvaise action, car comme nous sèmerons ainsi nous récolterons.

La haine n’arrête pas la haine du monde. Seul l’amour peut l’arrêter. C’est une loi ancienne.

La bienveillance envers tous les êtres est la vraie religion : chérissez dans vos cœurs une bienveillance illimitée pour tout ce qui vit.

Allez et faites votre devoir : exprimez de la bonté envers vos frères et libérez-les de leurs souffrances. » Paroles de Bouddha

Le mental est une succession de pensées qui apparaissent et disparaissent ; les pensées sont interdépendantes avec la force de Vie. Et il n’est pas possible d’arrêter les pensées quand la Vie est.

Que faire pour ralentir le flux des pensées incessantes ?

D’abord NE PLUS S’IDENTIFIER A SES PENSEES :

le moi et la pensée.jpg

Nous savons maintenant que nos pensées ne sont pas notre identité profonde mais des étiquettes. Exemple : Je ne suis (forme être) pas ces pensées de haine, mais ce que mon éducation, les médias, mes émotions, etc… ont cristallisé dans mon mental.

je ne suis pas mes pensées.jpg

ALLER CHERCHER L’ANTI-DOTE :

Une pensée négative est née d’un sentiment négatif entretenu par une émotion.

Exemple : Si la pensée est que je crois avoir raison vis à vis d’une personne de mon entourage, et que cela empoisonne mon existence, mon sentiment dans ce cas c’est le jugement et l’émotion est née de l’éducation que j’ai reçue avec « tais-toi, tu as tort ». Alors je me dis que je ne suis plus cet enfant et que cette personne n’est pas mes parents, je cherche le sentiment contraire qui est la bienveillance.

APPLIQUER DES TECHNIQUES QUI SONT DES RESSOURCES POUR MON BIEN-ÊTRE :

La méditation

liberte_interieure1

Le yoga

La promenade dans la nature

Ecouter de la musique douce, lire un livre qui détend

Le rire

YOGA DU RIRE avec Nadège

rire-de-tout

Passer du temps avec des amis que j’apprécie

Avec tout cela, les pensées que j’entretiens sont de plus en plus fluides, légères.

Mon corps est en bonne santé.

Mon âme se réjouit d’être avec moi.

Mon esprit se libère.

plume_liberté - Copie

Je suis en conscience avec ce que je mange.

Je suis dans la Gratitude.

Et pour finir………..

PREPARATION DE LA NOURRITURE

Avec nos appareils ménagers modernes, nous ne nous asseyons plus sur le sol, cette position stimulant les organes et les tissus, un moyen de recevoir l’énergie de la terre à travers la matrice et/ou le hara.

La nourriture doit être préparée convenablement et cuite correctement, ni pas assez ni trop cuite.

Pas assez cuit provoque une malabsorption.

Trop cuit appauvrit la force vitale.

La cuisson ne devrait pas excéder une température trop élevée ni faite avec des huiles trop lourdes.

En général, la plupart des aliments sont meilleurs cuits, parce que le travail du feu digestif est facilité.

La nourriture cuite est plus nutritive et constructive, parce qu’elle est déjà partiellement digérée.

Lorsqu’elle n’est pas cuite, elle a tendance à être nettoyante et amaigrissante.

Crue, elle contient beaucoup de force vitale qui enlève les toxines ; elle est légère mais ne possède pas assez de « corpulence » pour la formation des tissus.

Certains aliments sont meilleurs frais, tels la plupart des fruits.

Les céréales ou les pommes de terre, par exemple, doivent être cuits pour extraire leur valeur nutritive.

La nourriture du restaurant est généralement inférieure à la cuisine faite chez soi, parce qu’elle est souvent trop salée, trop épicée, préparée en masse et souvent préparée dans un but commercial, sans amour.

L’ATTITUDE LORS DES REPAS

Les repas devraient être pris dans un esprit apaisant, détendu, joyeux.

Ne pas manger à toute vitesse, ni dans un environnement bondé, bruyant ou perturbant, enfumé.

Ne pas être trop solennel non plus.

Remercier avant de manger.

Etre conscient de ce que nous mangeons.

Manger est considéré être une offrande.

Prendre suffisamment de temps pour mâcher correctement nos aliments, pour favoriser une meilleure digestion et assimilation.

Identifier au nez les parfums des composants du repas ; ce qui développe le goût et aide à détecter ce qui est bon ou mauvais à ingérer.

Se souvenir que la digestion commence dans la bouche.

Ne pas se lever tout de suite de table.

repas sur le sol

Un peu de lecture nourrissante :

Smile Book Edition

Ressources souriantes pour gens heureux !

 

 

Publicités

2 réponses sur « Les pensées, une nourriture pour le mental, le corps, l’âme et l’esprit »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s